Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Partage

  • Silences

    C’est la peur incarnée dans la froideur vitale, il avait bien fallu montrer que tout va bien… Une porte s’est ainsi refermée qui n’exista pas : c’est un travail au quotidien du vide où nous pensâmes l’espace, un peu amenuisés - hébétés, et comme épépinés remplis castrés d’aléatoire, substantivés - ha ha !, tellement improbables ; se soumettre ? - à la sempiternelle fréquentation du verbe ou l'être coi : - qui es-tu, toi pour écrire tout ça ?!  - ...une carne.

     

     

    Il y a des prétentions. La terre sauve, nous avons été dans ces lieux foudroyants où j’ai perdu l’idée d’une heure. - Combien de temps lui resta-t-il à vivre ? - Je l’ignorais. Elle a sûrement le souvenir de ça, c’est-à-dire le bénéfice d’une petite soucoupe : je vis ici dans l'autre azur et la moitié de rien. La flûte avait ce son humide et court et je la pratiquai un peu. C’est notre lieu et c’est l’espace à vivre. Mademoiselle Anne-Marie avait mis l’instrument dans sa main, la musique m’avait paru être l’unité jointe, la part de sang coagulé, l’étreinte, la saveur d’un été sans lave. Enfin, ce fut elle ou moi : mon dos s’arrondit de chaque note émise, incluse, abandonnée ; il y avait eu d’abord un tas des herbes mortes, celui qu’on nourrissait de la chaleur à naître - mon vice écervelé enchaîné à l’ivresse.

     

     

    Elle va avoir besoin d’aimer donner. Nous avons commis des erreurs y compris et surtout en étant nous-mêmes.

     

     

    Balade du jour

    Des survivants surprennent

    Compagnons des morts

     

    Volée de retours

    La rime désaltère

    Le corps éloigné

     

    Bel arbre planté

    Auras-tu été aimé

    La beauté libre

     

     

     

  • Silences

     

     

    « Mais moi, je ne vous lis pas.. » Timothée avait été si charmant, mais également très turbulent : - Explicitez-vous ! ici : qu’elle y fasse un dodo dans son astre blanc, où tout était nuance et pensée par unetelle, ou encore telle audience ouverte où vous aviez rué vers cette icône !, dans un temps accolé au trop bel accoudoir des mots de la sensation acculée à son rire plat. « Que représentait-il pour vous, vraiment ?! : un point noir de sa référence ? étiez-vous alors, plutôt sous son influence et sous l’emprise de la symbiose… »

     

     

    Le coeur qui chante

    L’oiseau des amirautés

    Analphabète

     

     

     

    Vivre à côté du poumon vert - la fuite orange : il faut retourner à Paris ! Vas au bout, ma chérie, lamine un peu son bon vouloir : ainsi, l’aurez-vous donc absout. Il te fait peur au fond, dans sa lame du rasoir malhonnête et mal informée (en aura-t-il une autre ?) soumise à son désir ardent, armé : le monde est là plus fort. Sans un spectacle des nuages, tu seras bien dénaturée, mais que prend-il de toi dans l’aumône que tu lui fais de sa présence obscure : Rien.

     

     

    Il est en laisse

    Le poisson de la cage

    Dans un sourire

     

     

     

    Sa fâcherie coûtait à certains, les unes en flammes.

     

     

    Le lien sans âge

    Duperie manifeste

    Sans origine

     

     

     

    - Moi, j’ai rien qui va ! Enfant de gâteries drolatiques.

     

     

    Autour du corps d’une onde fraiche, j’aurai franchi l’étape d’une obligation à répondre au questionnement de la foule autochtone et démentie. Luna s’en aimanta de la pensée jaillissante qu’elle recèle. « …mais c’est d’une vulgarité ! enfin.. Timothée… : la Littérature ?, c’est fait pour apporter de la beauté dans le monde, là où il n’y en a pas - pas de la laideur ! » ; aucun juron en prise avec le roussissement campagnard de qui veillait son poil au menton.

     

     

     

     

  • Silences

     

     

     

     

    « Je l’observai de façon méthodique. » ; « Elle ne sait absolument rien. - Bref ! elle est vierge.. »

     

    C’était une première claque.. qu’est-ce qui viendrait les remplacer ? ceux-là qui se seront assis là une seule fois - Abigaël, encline à déjà tout recommencer. Le spectacle - qui était aussi fort en verbe, serait pauvre en paroles : on y unit les deux amants ; l’octave avait été le répertoire de ces deux mains offertes au clavier - non expertes...

     

    (…)

     

     

  • Silences

     

     

    Personne ne m’obligeait. « Surprise ! » - Eh, dites-moi ? l’Affreux du Sans sommeil ! : j’étais et je partais à la dérive où le moindre « oui » est l’ambition des autres avec la honte… Fou d’un amour plus sage. « On continue de lui parler. » Madame Edite a disparu, on a pansé son angle mort ; Monsieur Lo balaya les éclats du verre et quant à Luna ? Chère Luna Lettrée… - elle est devenue l’adorable écuyère d’une abeille encore née dont le bourdonnement m’était cher et indispensable. Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac ! Je ne comprends rien et je lis comme je goûterais que la loi était respectée par un transgresseur légitime.

     

     

    Reconstitution

    Saut de la mort diurne

    Vase de Soissons

     

     

     

    La vie se réparait dans les mots que l’on stigmatise : des morceaux indigestes ou le matériel à penser. C’était la maladie longue et transverse d’un combat minutieux de pierres que l’on empile pour monter de quoi rebuter son enfer. Un plaisir calcifié nouveau de morceaux de météorites attaquant l’esprit constamment, où Luna s’emparant des mots comme de ces phrases qui lui viendraient bâtissait - innommable - son seul rempart à la parole de l’autre, comme si les mots issus d’elle-même avaient la forme imprononçable du triangle uni face à la seule issue cubique.

     

    L’apprentissage exclu de l’espèce d’éboulement sans une fin apparente : on se protègera ainsi du tout-venant qu’on se récupère en ciment ; ce matériau est maigre… En faire son style ? d’un ennui ? de l’espoir ? des identifications passagères à l’enfer du calque et de sa transparence (percevoir quelqu’un : le devenir..).

     

    Il fallut faire avec la force du poignet, sans qu’il ait été mieux convenu de couper le courant et la chique au risque de casser l’enfant. Choisir une solution passagère s’agissant d’un dédoublement ou du lieu d’un enfermement ; le départ ici d’une dernière ligne droite ? ou la notice explicative du pourquoi du comment d’un divertissement littéraire OBLIGATOIRE, dont elle serait le centre ou la bille dans cet oeil du poisson. - À bâbord ! - c’est bientôt notre mort ! Ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! ha !

     

     

     

  • Silences

     

     

    - 13 -

     

     

     

    Quelque chose en moi s’épuise. Les liens de la famille entière semblèrent avoir été dérivés. C’est pour cela (et non ceux-là) que mon récit s’abrège : finalement, tout semblait pouvoir y tenir debout. « Je voudrais rendre le patient fou. » Tel est le projet.

     

     

     

  • Silences

     

    Il aura fallu que Luna puisse écrire un jour sous ma dictée… « Il n’y a rien : pas un seul ciel ! » clamait la défunte reine : l’immobilier terrestre allait s’en porter bien. Aloïse avait tout gravé, si nécessairement que le banquet astral aurait à tout répondu par un oui : on ne lui laissait pas d’espoir, tandis qu’à moi -  entouré du noir de sa bave, on interdisait aussi bien la marge. Leur bougie verticale aurait son noeud capitonné, rien ne restait d’un siècle et l’épave était sous séquestre : on devait tous se libérer ! - Ce sont ici vos branches… - Comment ça ! ce sont mes branches ? Et pourquoi d’ailleurs aviez-vous souhaité rencontrer l’être inexistant ? visé(e) par le débouché houleux d’un champagne. Prévoyez un public averti surtout, car je fus tellement seul(e) et personne ne me lit où j’ai vécu délibérément en aveugle ignorant qui viendrait me voir encore, ayant fermé les écoutilles, ayant été jusqu’à enfermer l’oeuvre en cours dans un placard tout noir, la lumière sous le boisseau.. Jurez-vous donc, de dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité ? Non, bien sûr ! Je n’ai pas le cerveau si rance et ne sais rien, même pas le temps qu’il fait.

     

     

  • Silences

     

    Il s’agit d’un besoin réel. J’ai été banni(e) - excommunié(e), dans le sein éthéré d’une femme ; - à qui je m’adresse ? et avec qui je parle ? La petite vieille n’aurait pas été déjà vieille et je ne vivrais pas souvent sans une île. Mon nom ? - oublié ! : je l’avais oublié sûrement durant ces cinq années d’ébullition, où l’identification au centre de son livre lui était apparue dans sa pleine jeunesse, tandis que Luna restait ignorante de sa situation réelle, profonde, vaine - cela dû à la liberté du mot substantiel, où elle aurait dû craindre que le tunnel ne vînt à se refermer sur elle et la longue clé. Cela nous conduisit à un grand vrai bordel, où le temps digérait les émotions siennes ou d’autres ? J’irais encore lâcher la corde et greffer son antenne, parce qu’il avait fait froid et gris.

     

     

  • Silences

     

     

     

    Alternative

    Les rivières diamantées

    Se font entendre

     

     

     

    Mon cerveau s’enflamme : - exister par l’erreur ? ce n’est pas l’orgie magique espérée…

     

     

     

     

  • Silences

     

     

     

    - Bon ! Alors, j’espère qu’ici, personne ne craint les araignées ! - qui, raconte quoi... - Timothée ! et Luna ? à vous revoir bientôt.

     

     

     

     

     

     

    13.09.2022.jpg

     

     

     

     

     

     

  • Silences

     

     

    J’ai demeuré dans la fonction du pis sacerdotal, voulu la force aventureuse. Cette fille aura crevé, ou crevé ça : c’est enfin ?! qu’on l’ignorera. Alors ! c’est entendu ?, rendez-vous à cette petite galerie - d’Antigone.. Ressentis-tu cette vague bien porteuse ? (- mais ! de belles fesses ou de belles fosses ?) je n’en sus jamais rien, les monstres iront boucher l’horizon amoureux, j’ai vu la société changer - ils voudront savoir quand… C’était une petite rouge ! Il fallut y choisir d’habiter quelque part, mais ils ne savaient pas la peur du manque ou de manquer comme l’on rate. Aloïse angoissait alors vite et régulièrement, ça le gronde et rongeait à la moindre chose, dès le « petit bien » de la vulnérabilité d'un passage.  Alors, merci aux oiseaux d’être là ! c’est-à-dire d’exister non las ? j’entendais la voix de cette autre femme. C’est un suicide.... ! La Galerie est le lieu du rancard de vieux passériformes où l’on s'est senti bien, de jour comme de nuit.

     

     

    Je te chercherai

    Univers uniforme

    Bel instant présent

     

     

    Livraison en cours

    Itinérance lustrée

    Vie dérisoire

     

     

     

    Il faudra le couper. « Drôle de marque-page, en vrai. » Quoi faire de ces épreuves ? Je trouve que ce qu’elle fait, c’est mieux…  - jalouse ? ah lala ! silence / méfiance, un si grand axe à éviter. Pervers narcissique, s’il s’en doit Aloïse manque de s’étouffer, mais n’en dit rien. La peur est là coriace ; « pourquoi minimiser la face Est, Abigaël ? » la confiance s’en trouverait ébranlée : tout ça n’est pas si grave.. elle assure ses arrières un peu.

     

    Il entre et gonfle après : l’air... si tu voulais - c’est là une montée en puissance, l’équilibre n’est plus à atteindre - tu l’as ici en toi, il ne fallait pas prendre ça, tant au sérieux ! Abigaël avait souri - ambiguë, on dirait.. - c’est toujours mieux qu’ambivalente... Velléitaire ?

     

    On a enchaîné les coups de frein : il faut d’abord saisir son poids et puis, encore une fois, je m’arrêterai… : aux conséquences tardives, pour qui ? - pour quoi ? comment ? sans autant d’autre joie. Il y eut qu’on allait vivre un peu : Aloïse ! Aloïse ! ton nom crève l’espace en plusieurs points divers, tel amour langoureux trop tendre, et fait comme il te plaît et bien combien je peux : j’ai été sous emprise et m’en battis la croupe.

     

     

    La poire coupée

    Deux moitiés digitales

    Langoureux adieux

     

    Le regard éteint

    Froideur intempestive

    Minimaliste

     

    Solitude née

    L’échelle grande du ciel

    Au moindre monde

     

    Connaissant l’oubli

    La noble conseillère

    Araignée blanche

     

     

     

    Silences - 11 à 20 - (en cours)

     

  • Silences

     

     

    - 12 -

     

     

    Il a occupé tout l’espace un contraire d’inspirant : - c’est parfait ! - il faudra bien défaire le coeur, au coeur : « La vie ! qu’est-ce c’est ? la vie dans le grand globe ! » Le blogue… - je ne m’y sentis pas chez moi. Il y avait eu déjà mes parents qui ne sont plus là. J’y vécus d’où je vis et découvris ce bleu d’ivoire dans un corps qui n’a jamais vu ce qui dessine ici le bleu du ciel et de sa page : « Je n’aurai jamais lu mon livre entier : d’ailleurs, aucun des deux.. », mentis-je et mentirais-je.

     

    Aucun de ce plaisir hygiénique et le besoin vital d’un astro-quelque chose de l’indéfini de la marge d’un quotidien recyclé… J’affirmerais ainsi que la lune sera prête à tomber dans son étoile au-dessus de son vent. - Vous inquiétiez-vous d’autre chose ? - Non, non… - Alors, pas un nuage ce matin, les couleurs semblent irréelles, tandis que j’analyserais la marbrure faite au chaud sur ces peaux brunes et que l’artificialité du mot me choque perdue dans cet étrange contraste de formes et de couleurs où enfin mon regard se pose : Les Aventures de l’astre noir, voici donc un galet rond et lisse de belles fesses adonnées.. J’y poserais bien la question et dans la salle d’attente, m’empare en attendant du bijou de papiers et carton dans un effort très rude.

     

    Story telling ? tout s’est très bien passé, tant ces muscles au teint blafard auront continué de pâlir, un certain nombre « en grand » dans une eau pourpre. Alors ! aventure de notre avant-garde osseuse ? ici et encore ! toujours au lendemain. - Allons ! travaillons avide de ces joies distinctes. Car c’est une maison de l’eau qu’il faut savoir attendre.. : l’Instantanée. - Où es-tu ! toi ! soleil encerclé de bons souvenirs ? Il fallut que quelqu’une élevât la voix et ce fut lui : toujours Aloïse…

     

     

  • Silences

     

     

    - 11 -

     

     

     

    « Je me sens bien, car il faut être bête. » Ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! enfer des traductions ; c’est toujours la question d’arpenter. - Maman est morte, heureusement. - Qui est Maman ! ce qui était sorti de moi dans une embrasure morte : ce que je comprends du monde aujourd’hui qui était ce que je pouvais en admirer du monde hier ; un chant louable est intériorisé - sa connexion directe : « échange massage contre message ».

     

     

    Ordre indécis

    Le beau macchabée du soir

    Correspond à rien

     

     

     

    Instantanéité du désir… aidez-moi ! J’ai fait sauter la date, ils n’avaient pas à la savoir, car c’est une suite : ne t’en souvint-il pas ?! nous avons eu ici de très beaux ciels. - Aménage et décampe : ici la maison pue - elle sue. « C’est mon accompagnant ? » a-t-elle dit prononcé, tandis que j’en souris encore toujours si jaune ; Lyon ? c’est un titre, une rapidité avec laquelle elle a décampé, qui m’enchante. - Je cherche la volonté. - Un choeur d’oreilles pour vous servir, Beau capitaine ! Un livre ne s’y « achetait » pas, mais il put se payer, même « quoi » et c’est pour ceux-là que j'aime la langue française : Pace.. - en vision anthropologique du sujet.

     

     

    Face à face

    Concentration du joueur

    Un sexe à part

     

     

     

    « C’est parce qu’il fallut voir ce que tu y mettais. »

     

     

    Petite vieille

    L’accomplissement chaussé

    Du verre poli

     

     

     

    C’est un roman que j’écrirai jusqu’à la fin, grappe affolée. Le saviez-vous ? « Je vous côtoie ! Mais sans vous lire. » Ici vont s’attabler les enfants du Silence : Abigaël est pétrie des règles et déconne complètement où j’était l’expérience entière, mais elle dit qu’elle t’attend… la vie te serait passée devant comme souvent et toujours ; - en quel sens ?

     

    Maman retracée dans l’effluve sonore, ta gueule et mon amour du végétalisme dans un détroit du col : austère, prison heureuse - la neige, encore dispose. - Bon, alors ? « Kaka, pipi, prout ? » je ne sais pas et je n’arrive plus : les doigts du saule pleureur ont frôlé la peau de mon dos. Où trouverai-je la force de me hisser encore ? quand me voici debout : où irions-nous connectés à quoi ? - je me suis sentie bien si bien.

     

    « Prenez ma main ! » J’appuyai sur deux boutons faux. Ecoute un peu sa musique… - elle a cru son Narcisse et le lit, le lit ; j’aimais le lac et pas un autre. Je voulais des souvenirs et qu’on m’attendît quelque part : - se souvienne de moi - s’en soit souvenu ; un lieu qui soit le mien, d’où je revienne.

     

    Chercher le lieu d’une autre étoile ? quand on a eu vite fait de rendre les gens heureux, où d’autres gens firent leurs argents. Quand tout ce que je voulais moi, c’était les arbres en ville ou des villes dans cet arbre. Un temps de vie passé perdu comment ? jusqu’à une saturation de tel ilot. - Au moins, ce fut encore le cadeau d’un coucher du soleil. Ici ? On a choisi la maison comme on choisit sa tombe. Et je me noie… je veux vivre chez moi, où j’y renseignerai les arbres en fleur.

     

    J’entends des voix. Et je joue avec mon cerveau. - Que cherches-tu à comprendre ?! Aloïse te regarde ahuri : il se déporte un peu.. - Mon désespoir lunaire, sans commentaire - le vide qu’on nous COMmande d’acheter m’aura paru si cher.. - Cela détendit pourtant de comparer Lyon à Paris..

     

    Elle avait dit presqu’une langue blanche du beau style en saucée : - Tu dois tout refuser, accent mis ! fit-elle, mais j’adorais écrire - à ces, dans ces conditions ; il faut donc à l’oreille et du vent dans les voiles… Luna regarde à l’heure - étonnée, sa viande sécher. - Elle qui ? - je n’agressais pas ! « Tu as la permission de minuit, ma Chérie. » Tout est clos bouturé : je n’eus besoin de rien d’autre que l’oeuf et c’est encore très vrai.

     

    « Maman a navigué. » : comment veux-tu ?! cela signifie déjà qu’elle ne saurait pas naître… - courageux secours. Et que j’ai patenté mes ardeurs vaines au temps qui dans un exploit mou d’autant de ces râmen ? ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! un verre de rouge à lèvre : une trace aura suffi, alors je trace et meuble - Morte, morte, morte : morte ?

     

     

    Livre-personne

    Miroir de la rareté

    Sacrés dilemmes

     

     

    Silencieusement

    L’aiguille a tout marqué

    L’épine nacrée…

     

     

    Petit soldat né

    Calme ton auréole !

    Reste avec nous

     

     

     

    Variété du grand souvenir, des mots entrevus dans le noir - face avant et face arrière de bloquage neuronal ou de sa correction avérée des faits notoires ; pourquoi/quoi et comment/quoi, ma fiche est à l’extrême abandonnée : j’ai lâché tout de ces brides encore, comme on ouvrait des robinets et m’abandonne assez différemment des autres - les autres qui ?

     

    Oulala ! je me suis effrayée, ou fraie : dis-je-je, et moi-qui vous entend déjà (comme si… - déjà sourde !!) Agaçons-là, vas-y ! en pédant piédestal : « …est arrivée au bout, à terme » - libérée du qu’en dira-t-on de phases lexicales, où tout est sans cesse à peser : cela qui rassurait car on y avait droit. « J’ai travaillé mon cours » en ultra-sons, - la police à bord.

     

     

    La peur extrême

    Au rendez-vous de ce jour

    Animal naissant

     

     

     

    « Ce n’est pas toujours un morceau d’Histoire…» Tout ça qui est à assumer - cela : « quoi » ?!, on évalua l’économie faite de connaissances en chemin, où « ainsi en ai-je commencé l’ébauche de mon roman en étant morts de rire. » L’expérience première ? d’attirer les attentions. Il fallut dire qu’il ne fera pas froid : connaissiez-vous ce passage de tout évangile ?

     

     

    Cinq ans : déjà ! c’est une aventure saine avec un silex increvable : j’ai tenu la barre.

     

    Nage sur le dos

    Profite du spectacle

    Bleu et blanc ouateux

     

     

    La recension du père ? Me voici seule : je vais emménager ici, côte à côte - avec mon destin.

     

     

    Aléatoire

    Envies de domination

    L’amour en reste

     

     

    « Ferme tes yeux… - ça ira mieux. »

     

     

  • Silences

     

    « La démarche devrait vous plaire, en l’espérant… » ; nous avions été les enfants coutumiers de l’effluve blanche. Rideau sur Lyon - rideau sur tout : mon amie dans cet arrêté de l’Image, j’ai côtoyé, sans oublier de croire une hébétude au mirage et tel un âge bien âgé. La ville ? un désespoir profond m’évade : je !

     

     

    Ville dentelée

    Au plaisir médiumnique

    La nature tue

     

     

     

    Les gens du genre s’en vont : elles s’en iront, vers ce printemps marqué d’où j’ai su tout des mots oubliés comme feuilles à brûler depuis l’arbre malade et remplacerais ainsi l’espace inopportun de sa nature offerte… - C’est ainsi que s’écrit. - C’est ainsi, que : quoi ??! - Que j’écris. (20 août)

     

    Seulement, vivre ici : vivre ici ? - « seulement vivre… », pourquoi du lustre - nous sommes heureux tout relatifs ; la paix pour tous ou selon l’heure, il y faudra se retrouver férus accros.

     

    L’eau est sortie de moi - d’une poitrine et d’autres ; les mots sont comme ici : issus.

     

     

    Elle mit à jour

    Elle a donné le jour

    Le très beau cadeau

     

    Ensemble fortuit

    Ce nuage de la vie

    Blanc d’amitié vraie

     

    Ces essoufflements

    Mitraille de mots lancés

    Comme le noyau

     

    La méditation

    Confusion née du rien

    Je me retire

     

    Nez solidaire

    Pointe de l’arrière-train

    L’indépendance

     

    Travail naturel

    Continents artificiels

    Herbe à couper

     

     

     

    La créativité pour rien, des sens en alerte, la curiosité ? tu as défendu le sujet des mémoires, cela à mes dépends. Ma vie s’est arrêtée plusieurs fois ; je n’isolerai pas. Quels sont tes souvenirs ? un choc immobilier ? des livraisons manquées ?

     

     

    Besoin d’Histoire

    Le chat miaulait dans la nuit

    Belle inconnue

     

    Fraîcheur de l’ombre

    Sous le niveau de la mer

    Elle s’y sent bien

     

    Enfant terrestre

    La mer ou cette terre

    Y voir dans le noir

     

    (25 août)

     

     

    Silences

     

     

     

  • Silences

     

     

     

    à suivre...

     

     

    Si je voudrai.

     

     

    Silences

     

     

  • Silences

    Qui t’oblige, Luna ? Qui t’oblige à aimer recevoir des fessées orales. Et je pousse et je pousse et je vais devant ou les seins différents et l’objet en partage. Attraction carcérale des mots comme une image, son talent fut caché - ton histoire assez lue ; à quoi cela servira-t-il d’y voir Luna dans lunatique et bien tes mots comme une existence autre à y sauver de quoi. Elle et lui tout ensemble et se faisant accompagner, jusqu'une mort prochaine.

     

    Allons donc accomplir l’idée, qui dans un soir va lue nourrissant l’aube claire de ses déjà contées. Et trouvons le passage obscur où rire ! J'accompagne et j'accompagnons.

     

    Fichu mystère

    Fossé des hommes en rut

    Un lacet défait

     

     

    Chiqué du dividende... silence idiot de pratique exhaustive, l'enfant n'a pas eu lu. (16 août)

     

    Silences

     

     

  • Silences

    Nous ferions un premier barrage ! et l’histoire terminera ici, où c’était impossible de la commencer : des retours à la case départ de tel instant présent, cela t’aurait-il sonné juste ? où pour la première fois, je me retrouvai seule… - où j’aimerai sustenter et j’aimais mon devoir ! je t’aimais, étant marbres de vie tournant autour de ce souvenir plein des lunes au mur qu’on traversa du son tout transporté ; violence psychologique. 

     

     

    Hygiène de vie

    Chienne de vie sans un nom

    Français notoire

     

     

    Tentatives de noyer la couleur… évanescence au port de reine, écriture en aveugle au spectre vespéral. - Toi, ton travail, c’est quoi ? - J’admirais la Terre… cette boule anthracite au beau reflet d’ivoire. - On a vu l’entrainement du faux je-m’en-foutisme alerte. - Montre ! cela que tu sais et combien peuvent te lire. - Deux titres, s’il vous plaît - merci ! j’en oubliai le reste. J’ai donc écrit l’hiver qu’on assassine, « la trace des combats - l’ébauche d’une autre terre » et qu’on put aussi bien me donner à manger aux chiens ; le coeur bat aussi calme un écho de cette avarie.

     

    Un petit peu tous les jours de la fréquentation loquace ? sans nouvelle fin que l’autre rencontré choc en retour dévissé des visages d’armes. (15 Août)

     

     

  • Silences

     

     

    J’avais confiance. - Au contraire, ça menace ? « Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri. » (e) N’était-il pas plus important de saluer cette rose : c’est une grande valse et ça vous habitait dans la mauvaise retranscription.

     

    Nous avons baigné pour certains, je ne méritais pas d’avoir des amis, ou d’amis : - des amis qui ? Il était insupportable de vivre. « Non, cela n’était pas toi ! » J’aurais bien maintenu la pression, l’aurai surveillée bichonnée, puisque nous y avions grandi dans l'équivoque. (27 juillet)

     

    Silences

     

     

     

     

  • Silences

     

     

     

    - 10 -

     

     

    J’ai gâché tant d’obstacles ! - Mais c’est sans tomber qu’on s’embrasse. - Et, soit tu l’étiquettes soit tu l’extraies. - Reporter quoi ! - Mais c’est comme une forêt dont on n’aurait rien d’autre à faire… - Le dialogue est itinérant. - L’ont-ils jamais rappelée ? peut-être ont-ils jamais su. - …que ça Vous habitue. (26 juillet)

     

    Silences

     

     

     

     

  • Silences

     

     

     

    Par principe, tu ne sauras rien ; - tu avais coché : « autre, handicapé ».

     

     

    Avoir sensitif

    La lune en abrégé

    Pourvoir d’automnes

     

     

     

    Où faudrait-il user du jeu de ces matières indélicates ? la gueule est à son tour ouverte et grande, nous imaginions peu la conscience de l’éclat mais la vivions intense : il s’agissait seulement. - Nous autres avons eu peur ! - Vous accommoderiez l’extravagance, un peu. - J’ai bien eu peur toujours, d’avoir fait mal… et puis d’avoir mal fait ? - Mon audace est assez verticale, on l’emmancherait… - Je n’ai pas de réponse : à « quoi ». (24 juillet)

     

    Quelque chose de l’homme me terrifie. Il y avait ce regard immense - l’oeil d’un dieu sur ma face, mon recto - Sa feuille. De toute façon, jamais personne ne s’intéressera, s’arrêtera ; fouilla ? c’est alors une affaire de feelings… ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! les sentiments sont tout. Je n’ai plus l’envie de montrer, je vais cacher tout, maintenant, l’impression de mes nonchalantes - c’est donc un S.O.S, à temps - à terme et c’est sans inconscient qu’Il a fait foi : foi ? - ce document : « J’ai reporté. De toute façon, j’ai tout reporté. », je suis tellement une merde (!), mais tu es folle, complètement folle : « Nos territoires sont vastes ! nous ne nous mentons pas : il ne faut encore ni machisme, ni féminisme déplacé. » et convenait de faciliter son passage… Merci pour l’eau.

     

    Luna est encore sévèrement sujette à l’angoisse, dira-t-on ponctuellement, mais une confiance aura pu s’installer… c’était une fille vraiment intelligente (?)

     

     

    Beauté du risque

    Attentes du résultat

    Nous serions libres

     

     

    (25 juillet)

     

     

  • Silences

     

     

     

    - 9 -

     

     

     

    Poésie du jour

    Soudaineté de la main

    J’entends un souffle

     

    (13 juillet)

     

     

    Lune inondée

    Je contemple la terre

    Blanche d’aucun feu

     

    (14 juillet)

     

     

    Amour végétal

    Rêve de la présence

    Trop innocente

     

    (15 juillet)

     

     

    Au coeur de la nuit

    Un astre est assez clair

    Je le connais bien

     

    (16 juillet)

     

     

    Le regard posé

    Je me sentis bien d’y voir

    Un mouvement

     

    (17 juillet)

     

     

    Sommeil allongé

    Les premiers mots sont venus

    Je les ai compris

     

    (18 juillet)

     

     

    Je les déteste

    Ces dessins abandonnés

    Reconnaissance !

     

    (19 juillet)

     

     

    L’espoir d’un autre

    La feuille du magnolia

    L’oreille d’un chat

     

    (20 juillet)

     

     

    Vous avez assisté à toute ma défaillance : oeuvres en cours.

     

     

    Faute à faute

    Le signal ou un sigle

    J’entends la source…

     

    (21 juillet)

     

     

    L'amour a surpris

    De la sphère astrale

    Un sujet de soi

     

     

    Les feux transpiraient

    Arrière-fond des beautés

    Les êtres en vie

     

     

    Le travail est né

    À la source barbare

    De la nouveauté

     

     

    Circuit adoré

    Du cerveau à l'image

    Belles diffusions

     

     

    Le plaisir des sens

    Vision de la naissance

    Où rien colmatait

     

     

    (23 juillet)

     

     

     

    Silences

     

     

     

     

     

     

    Dessin 14.07.22.jpg

     

     

     

     

     

     

    18.07.22.jpg

     

     

     

     

     

     

    Dessin 21.07.22.jpg

     

     

     

     

     

     

  • Silences

     

     

    - Pourquoi n’apprends-tu pas ? - Apprendre quoi ? - « Le chant des autres ». - Mille amertumes en vain, ma vie est assez triste… le feu d’une encre rousse osée tapie du noir.

     

     

    La queue filante

    Etoile belle se meurt

    Le seul amour cru

     

     

    (12 juillet)

     

     

    Silences

     

  • Silences

    - Je n’eus pas la culture. - …tu veux dire : dans tes cartes ? - Ha ! ha ! oui ! dans les pattes : je n’écris que lorsque j’en ai besoin et parce que c’est faire feu de tout bois, je dois toujours prendre les coups - la phrase de trop - les jours sans lendemains… le reste, je m’en fous. - J’ai un chien et je me le rappelle ! pour la première fois. - Je n’ai pas cru possible la discussion autour du plaisir ; nous avions été pris : je ne résistai pas à la tentation optimale. (10 juillet)

     

    - Si tu ne le fais pas, tu n’y arriveras pas. - ...pas à faire quoi ? j'ai été fatiguée par ces gens qui sont du bon côté, s’en donnent l’air - un sexe omniprésent, à la fois oui - et, à la fois non, les filles ? on dirait des garçons, les gens qui ont leur vie ainsi vécue offerte : Je n’ai plus besoin ; l’invisibilité notoire, la liberté des autres. - Elle s’éveille… - ils se furent éveillés ensemble. Je n’ai plus eu la force admise. Je suis à la dérive de tout, et de personne. Je n’ai plus la force de rien ; de rien, ni de personne.

     

    Ce sont seulement des êtres pauvres… - Les extra-terrestres ! - Je vais pouvoir aller sur une autre planète ! assimiler tout ça - mon vertige à l’envers. 

     

     

    Hiver sans espoir

    Note connue du merle

    Visiteur des lieux

     

    Petits fruits rouges

    Noirceur des boules mûres

    Oiseau chapardeur

     

    Venais-tu demain ?

    Rassasier l’oeil observé

    Qui t’a attendu

     

     

    (11 juillet)

     

     

  • Silences

     

     

    C’est du suicide aux courtes épaules près. Ne fis-je pas tout pour nous couler et détruire notre installation éphémère (provisoirement…) Vous saisissez ? - Ma jeunesse est finie. - La vôtre a du courage… (9 juillet)

     

    Silences

     

     

  • Silences

     

    Je ne rapportais plus d’argent, seulement j’en rapporterais et fus sans dot. Une barre de pression s’installait assez hautement : j’apprenais à y circuler toujours aveuglément. Quel est « un résultat » ? on l’ignorera : - gentil bouc émissaire ? dans un grincement partout offert à la face aplatie repassée, je cherche encore sous la dictée d’une poignée de fer déjà rouillée : un petit coeur sans joie opère avec la joie - les joies ; les joies - la joie.

     

    Je dois détendre, c’était ailleurs la loose dans un effet miroir démultiplicateur : forcer ne servirait ici qu’à tuer et l’on décloisonna. Il faut centrer l’idée pour y poser la fleur. L’énergie vient encore et le passé s’invente : tout ira bien. Je renforce ma dignité avec « le sentiment de ». Il ne fallait pas croire que cela fut facile ou encore se moquer : je me sentis fantôme à côté d’autres dont la route me parut longue. Elle irait bien pourtant… se portait en vibrant avec les autres arbres, pourquoi pas. C’est un anonymat génial tandis que moi je suis en guerre et ça fait mal : on fait si rarement attention à l’autre… Les astres sont méchants, tout se brouille - ils, ou eux sont morts, alors n’abandonne pas ! Au fond du trou logerait l’essence, ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! on s’habitue à son petit pécule intellectuel. Je vais poursuivre ici dans l’attente du pire et n’en peux plus : je suis à vif. Merci pour la solidité de ces dessins. (8 juillet)

     

     

     

     

  • Silences

     

     

    Pousse.jpg

     

     

     

    Beauté du cadre

    Une foudre argentée

    L’herbe repoussée

     

     

     

    Elle a : « appris » ! Rattachait les wagons : c’est ce petit train qu’on oublie, ceux qui voudront chercher…

     

     

    Avant l’aumône

    Et l’aube claire du ciel

    Il se tourmente

     

     

     

    Je joue devant, face à mon désespoir (30 juin) ; - un autre lieu, il m’a fallu la force : « Comment peux-tu penser ?! tu n’as pas droit. » - …et comment feras-tu ! pour m’empêcher. As-tu visité tes morts aujourd’hui ? - Oui. Tant de choses ont passé dans ma tête. - Quoi ?!, comment ?! - une petite fille heureuse, un foisonnement entier de fibres lexicales : travail ou tisserand du genre. (3 juillet)

     

    Tout est en ordre : mes amis vibrants, les armes cérébrales - je ne calculai rien du nom d’apostasie, où j’aurais entrepris de voir une raison et ne vouais plus aucune étreinte folle, ce tout d'images qui envahirent sans qu’on y vît l’audace en naître, cercle avant de la voie postale ; il s’est agi de la création d’une rencontre et de ce résultat de la rencontre des milliers. Qui sont encore ceux qui se trouvèrent en photo ? et qui ne purent en obtenir un grade ? du mauvais choix d’iridescence aseptisée où j’aurai peur enfin. Ce procédé du mont dans une angoisse orange, j’engloutissais dans l’aventure commune un temps passé à vous combattre, barricadée dans une encre qui fane, tandis qu’il ne fut pas certain que j’eus encore envie de prolonger la voix quand j’eus marché enfin sur mes deux pattes.

     

    Elle se cherche. C’est en même temps la tête et l’angle froid. « Je continue à en voir ! Il en viendra bien plus… » - Qui va là ? qui pas ?! On y vient dans le noir à la lumière éteinte du ressouvenir, les mots sont dérisoires autant que dissidents et ça rigole avec, ensanglanté. Que furent des liens ensorcelés ? j’ai besoin que l’on évacue… Timothée a bien eu raison : il resterait encore quelqu’un de sa mise en présence… où des mots sont des arbres ? Doit-on toujours partir du blog où dans l’histoire de l’autre on oublie tout.

     

    Le monde a paru si complexe ! je ne conçois pas qu’il repose en règne de l’enfance, ou de son animalité. - Prends un peu de place… - Vous reprendrez alors un peu de ce gâteau ?! Un monde qui évolue, face à nous dans tous ses bâtis ; nos lieux-dits de la vie : « Nous, on s’en fichait ! » (5 juillet)

     

     

     

  • 04 .07.22

     

     

     

     

     

    04 juillet 22.jpg