Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • ...

              Tout se mélange dans ma tête, ce « vous » qui fait écho sans être aucun miroir : avant l’écriture était faite pour exorciser maintenant pour incarner, mais d’y incarner quoi ? Du côté du silence, un tout en fut demeuré relatif au fait d'aucune marge de manoeuvre : c'est juste question d'être et de demeures. Pression archétypielle à écrire, opportunité collective à retrouver sa chair partagée du Logos, pas le gros tas mais bien l’artère : rien de cela n’a lieu sans puiser d’y donner la vie où risquer de perdre la sienne. Archétypale ? bof ; HOMMAGE ET CHANCE. 

     

     

    J'ai donné une maison à mes formes...

  • ...

    Souvenirs d’un pont

    De peurs calamiteuses

    Inexorable

     

     

              Cette eau froide et fraiche, et fringuante ?, est bien le souvenir d’un pont ; mon cerveau est en place. - Combien ça coûte ? - euh…mmm… que je voulus vous demander pardon de ce livre… - Oh ?! vous savez, mourir de ça ou d’autre chose… Histoires d’Homme pour un prochain ? Et s’il ne sera pas assez d’un monde ?! « Il » - lui ? ou bien : n’est-il ? ne serait-il pas assez d'un, du, de ce monde ? Vous aviez alors, et auriez aussi établi une sorte de rapport hygiénique à l’écriture, n’est-il pas ?, ce qui fait l’arrêt de la devinette.

            Ophélie  rougit - se met - se mit, se mettait ou mettra, à cela de rougir. I want to do something, and this alone. Comment disait-on déjà ? ah oui ! : en béton armé. - J’écrivis pour le plaisir, étiez-vous encore prêt ? de lianes chasseresses… - identifiez la nasse : il ne prend pas sa main y déviant son tir ; le linge tournait moderniste et passéiste, vivre des beaux endroits.

     

    Tout qui signifie

    Ecuelle de jours anciens

    Encore ici

     

    Il redessine

    Le corps toujours langagier

    Bel entraînement…

     

     

              Tout se mélange dans ma tête.