Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • ...

              Il y avait nous, il y avait moi, nous aurions été... : une centaine de pages pleines de quoi ?! 

     

    Nous ressentons cette accélération du vide et nous la laissons dire.

    Cela ne nous emporte pas plus loin.

     

     

             Génie, non. Jalousie, non. Mauvaise conscience, non. Extraction de nos propres souvenirs douloureux dans la chasse à l'or aux pépites. Et puis, partage inopportun ? de nouveaux nerfs et la fermeture diurne des fentes de vos yeux, c'était un peu comme de cracher au bassinet chez le dentiste, avant de rincer : la belle image et grandiose tentation du bain.

               On entend gargouiller. « Histoire vraie ? je prends. » Mais, qu’est-ce qu’une histoire vraie ?, qu’une histoire et comme le rabattant de pan de la jupe ventilée par un air soufflant du métro ; avec de très beaux entretiens qui n'excluent personne, ici, la mort est déclinable : à ce rythme à ce stade, valait-il mieux parler de petit con ou de drôle ? je m’interroge… Bah, c'est aussi qu'on a beaucoup parlé de psychologie aujourd'hui aux nouvelles, une sorte de revers on l'espérait qui aurait pu ôter ce vernis qu'on nous met sur la peau avec ce dico si bizarre, comme un peu quadrillé ou tramé.

     

                Vous avez ligoté* notre amitié durable et laissé gigoter votre poisson devant ma porte. Il y a donc extension du froid. « Ce qu’a fait l’un… ce que fait l’autre. » La sirène, à nouveau tentera de faire trois pas dans l’exigu passage. « …il m’oblige - oblige-t-il… »

     

    (*refusé)

     

    En cours et pas à suivre…

     

     

                Ce sont ainsi des phrases courtes… le phrasé long, on départage : « Eliminer - évincer : retarder - répudier ? » - paiement refusé ? il forgera un vagin artificiel. Et j’aurai donc failli tout perdre ; ce qui est affaire de bonne foi devenu cette façon la plus drôle de remercier pour être : « sans compter la psychologie sauvage » est affaire de hasard sur son terrain.

     

     

    ...Terra ignota !

     

     

              « C'est surtout de voir où vous êtes rendu grand ou grande. Par comparaison ? écrasement ? Et le coeur et l'esprit dans le renoncement à cela, plutôt qu'à un travail bien fait, c'est-à-dire terminé, d'après vous - selon vous, hors querelles d'égos ou d'orgueil. Seriez-vous une personne de confiance ? oui, non, d'après quels critères. La comparaison est une torture, lorsqu'elle implique une omission de ce qui est traversé par un effort supporté surhumain - le milieu, l'épreuve personnelle. Et pourtant, cette occultation est peut-être essentielle : parce que c'est elle qui livre au langage, dont un rôle est de scratcher dans une machine à laver humaine et syntaxique, ou respiratoire de la ponctuation. Livrer du beau, avec l'espoir qu'une pratique littéraire puisse inspirer d'autres au génie de la langue consistant à retisser les chairs, à les soigner, à les guérir. Ou simplement, survivre à cela, décider de son terme. »

     

     

     

    Le Troisième tome

     

     

    Livre tombal d'Anomalie

  • >;;;

    Reste isolé

    La protection meilleure

    Unilatéral

     

    Un joli dessin

    La dame de compagnie

    Avec éjections

     

    Prise de cet air

    La défection du faune

    Oiselles jaunes

     

    Un feu du rasoir

    Sûr de la peau timorée

    Idées grisâtres

     

    C'est un dommage

    La peur inconnue du jour

    Au mirage tel

     

    Crois-tu renaître

    Inconstant malhonnête

    Iridescence

     

    MORTE D'UN RIRE

    Depuis le pleur sauvage

    Sans équivoque

     

     

    >;;;

     

     

    Le Troisième tome

  • (...)

    Enfance jolie

    Lâchée dans la nature

    Amie de Coeur-Chien

     

    Univers fécond

    Où elle apparaissait

    Libre de Contour

     

    L’abandon du droit

    Invention carcérale

    Productivité

     

    Avaloirs contents

    Un rire enfin présent

    Retour du même

     

    Tout et sensible

    Sans éminences grises

    Le poids d’antenne

     

    Cet élan bavard

    Blessures à l’automne

    Victoire de l’un

     

    Rotation unie

    Acceptation de la roue

    L’homme inventé

     

     

              - Ce serait l’idéal : rencontrer vos ou ses parents ; mais bon, le discrédit ne fut-il pas plutôt intériorisé ? vos parents… qui pourtant se sont montrés aimants et c’est pour cela qu’il va vous falloir creuser : écrire, c'est aussi une façon et, « manière de » les toucher d’autant plus, quand cette histoire ancienne remontait à aussi loin.

              - Je vous connus un certain courage ou plutôt, vous faudra-t-il un courage certain… : je visualiserai mal en vous reconnaissant si peu. Pour moi, un « double » était ce qui survit ainsi dangereusement pour soi-même, parce-qu’il-se-survivrait-à-tout (le compagnon suprême) : sauf ? et uniquement lorsqu’il saurait s’être agi là de cette chose que vous exprimeriez parfois en y véhiculant d'un univers, l’autre.

              - …pour le coup, tout ça ne serait plus si clair, I'm afraid… il leur faudrait enrayer le processus créateur ou, plus tôt l’obliger afin de faire de lui un obligé. Oui, tandis que cela aura pu briser cet élan ou savonner la planche, où me sembla bizarre que vous  puissiez garder la confiance en vous.

     

    Une lucarne

    Epopée silencieuse

    Analphabète

     

     

              Je crois que c’est effectivement un b-a ba du sysème : y détisser vos liens - une revendication avouée de l’orgueil face à un amour propre à achever. J’éprouverai de la difficulté vis-à-vis d'une dite supériorité, parce qu'elle aurait été imperceptible à la naissance. Or et d’après ce qui s'était vu - un peu dans les coulisses… - j’eus donc chanté pour vous, tel refrain de cet inconnu.

     

    Une tradition

    L’aval donné au centre

    Méticuleuse

     

    Alors quel travail

    Montage reconnaissant

    Des joies nocturnes

     

    Elle est addicte

    Une sombre époque

    Quelle affection

     

    Puiser de force

    Inaliénable oubli

    De simplicité

     

     

              S’il doit m’arriver quelque chose, dites-lui bien à ce paravent… : « … - ou mon amitié tranchée par vos soins ce matin. »

     

     

              Vous persistez et signez, dans une singularité fictionnelle et frictionnelle.

     

    Unie à l’autre

    Sortir de la galère

    Double épousée

     

     

    Le Troisième tome

     

  • Le Troisième tome

              Les apparences sont alors contre vous : il vous faudra convaincre du bien-fondé de(s) propres propos et intentions. Est-ce toujours la fonction du couple et parentale qui vous fait un problème ? ou de-quoi-je-me-mêle. Vouliez-vous donc cette loi du talion ? seriez-vous un harpon (la harpie ?) d’une tête de file. Ce parent coupable à vos yeux avait-il ce tort d’exister, car vous y observez que tout y fut savamment orchestré d'après votre durée, ni officielle et ni encore totalement sciemment. Ainsi en allait-il d’un exécutif à la clé : pour qui, pour quoi dans aucune demeure… Ce parent aimerait-il ici le plus affectueusement. Soudain pourtant, son erreur énoncée dans un for intérieur, fait écho à ce que vous fûtes et eussiez fait sans un accompagnement à l’envers. Que faire ? appeler au secours ! et qui viendra jamais contrer l’amour sincère, dont vous auriez pu, bien ainsi, être le premier ou bien cette première à vouloir vous défaire de vous en découvrir tellement châtré(e).

     

     

    Le Troisième tome

  • .../...

    En guise de quatrième de couverture,

    le mode Adieu dans une introduction :

     

    Le mode frontal est sans doute assez peu opportun pour aborder

    la délicate matière que vous sembliez pouvoir et vouloir arpenter, celle peut-être de la psychologie des petites,

    moyennes ou grandes familles (sans oublier les saintes) ;

    votre « mission » sera-t-elle compatible avec un métier d’homme

    et d’écrivain, cela paraît pouvoir être ici la question :

    vous pourriez le faire,

    c’est-à-dire  écrire bien un super truc à la louftingue qui resterait une fiction fondamentalement vraisemblable

    (ou vraisemblablement fondamentale),

    se limitant à l’essentiel d’une vérité précoce et indéfinissable respectueux alors du « pourquoi » des autres. 

    Mais pour vous suivre, il faut stalker trop sérieusement

    et puis ça use.

    C’est sans doute encore le moment de plonger

    dans les eaux du mirage.

    Bon vent à vous ! et depuis : bon courage.

    Adieux

  • .../...

              « Il te mangea avec ces yeux et toi tu voudrais qu’il te mange avec ses yeux : ou bien, prends-tu déjà la vague contre. » Il lui faut rappeler, parmi le mal du bien : que « …j’aimerais bien, mais je n’aimerais pas. » Quel indice ? il n’y aura plus personne. J’eus passé en revue et en terminerai donc avec Maman - son retour et la page qui en est tournée… Faites bien en sorte ainsi de ne pas vous priver de ce qui resta de l’amour filial, car ce fut certainement le prix qui est à payer pouvant être si lourd à porter. Car vous ne seriez plus ici que le monstre de toutes ses entités légales et d'une peau larvée.

     

    Vague à l’âme

    Etranger à cet enfant

    Mouroir imagé

     

    Intransmissible

    Le dû est équanime

    Monstruosités

     

    Une joie d’ailleurs

    Fraicheur ailée de rosées

    L'Amour enfantin

     

    Saut de l’ange mort

    Expression de ce néant

    Liberticide

     

    Cerise bonne

    Chair défaite malgré tout

    Enfant tenace

     

    Manipulations

    Levain du pur exsangue

    Humoristique

     

    Réflexions tendres

    Rien de vrai sans croyance

    C’est là le piège

     

    La marge lente

    Où plus rien ne comprend rien

    Chaleur exquise

     

    Nous n’ouvrirons pas

    Le soleil est assez bas

    Pour s’y répandre

     

     

     

    Le Troisième tome

  • Notre histoire(...)

              Cela fait donc un temps nouveau ou c’était alors toutes ces gens, je devais commencer à orienter, réorienter. J’ai d’abord été amoureuse depuis le cerveau centauresque, petite fille que j’étais, parce que l’histoire s’est faite à partir des petites histoires et que cela serait plus fort que moi : j’y crois. - Etrangement, tu l’as perçu de la même façon, et puis ressenti presque rencontré, à chaque fois acteur ou auteur en grossissement des traits du blanchiment. « Vos dernières phrases, font - elles, peut-être référence au fait que vous ayez ouvert les yeux ; telle est ainsi la subtilité du mal opéré parallèlement au manifeste de l'amour. Que se cache derrière la possessivité, quels petits arrangements et pourquoi la charge. Et qui serait cet autre, par lequel ou qui vous êtes passé. » ; au deuxième degré. « Ecrire ou dessiner, c’est la même chose… ».

              C’était une sorte de caméléon de l’enfance, un poseur intraitable. - Tu disais ? …de pouvoir te comporter comme un chien ? Ce sont des impressions qui nous transportent, en nous tordant un peu. Distorsions ? ah ben non, pas quand même ! « Je pense que vos parents, seraient capables de vous comprendre. » - La position est courageuse : je ne renie pas, le cul moulant dans la détente austère. 

              - Braque à fond. C'était la guerre des écritures. - Pourquoi accusiez-vous vos parents plutôt que d’accueillir vos maîtres ? « eux » ne recouvraient-ils pas la réalité littéraire incontournable pour l'écrivain (vrai ?) - Eux ?! - Oui, vous avez dû sûrement dire et prononcer ça comme une sentence, autrement vous ne vous y seriez pas trouvés arrêtés ici. - Je ne me le rappelle pas, c’est tout ; ça tinte. « La Madame, elle est toute cassée. » Mais c'est qu'elle va enfin mourir !

     

    Agonies d’Eve

    Une suite dans la fin

    L’épicurienne

     

    A ces montures

    Dans la soif et dans l’oubli

    Sourires en biais

     

    Belles courbures

    Incartade de ces vies

    Loyauté d’ange

     

     

    Le Troisième tome

  • .../...

    12 - La retenue

     

     

              La retenue de soi et (ou) cette impossibilité de dire vraiment le fait dont une particularité est d'occuper la place et de toucher l'esprit assez en profondeur voire secrètement, feraient que l'isolement d'une personne peut devenir total. - …espèce de ! espèce de ? Couverture de déménageur !!!!! J’en suis sorti… - grâce aux phrases qui ont accouru, j’en suis sortie : elle n’écrivait donc pas pour Elle ou Lui ou des minus ou des gens embarquées parmi les navettes coulées dans le carton qui ne s’en seraient plus trouvées fardées,  quand Elle ou Lui en furent avérés Vrais, tandis que notre Eve eut appelé : « ...mon amour ? » et qu’il s’en fut suivi tellement de son amour perdu dans une authentique masse obscure.

              - C’est là que j’ai trouvé cela intéressant, tu vois ? même si, pour un budget breveté : que-dalle ! j’ai continué d’écrire et ne me rendrais alors plus chez toi - l’arnaque a fait son temps ; dis-moi, sous un angle savant : croyais-tu vraiment que j’allais avoir eu besoin de toi fait d'ombre statutaire ? - …il y avait eu au moins déjà, ça comme suite. C’est à mon rythme qu’elle s’entendra et sera entendue parler : Vive la France ! la base du grand regain…

              Ce n’est évidemment pas du français facile. - Ah bon,  pourquoi ? - J’ai travaillé dans l’ombre et le froid viscéral, il faudra faire avec, ou dans une ouïe de pacotille… - oiseau, enfant et animal rampaient assez puissants dans le limon sauvage du lit patriarcal. Ha ! Ha ! Ha ! la somme d’extraits au regard de femme, l’air du temps qui cachait mal et ramait peu. Pour qui !?????! pour quoi ? feux éteints d'ambre bel azuré, j’écrivais gros et me sentais libérée des méchants (- moi, je ne voulais rien faire à Paris. - Et pourtant, tu y faisais tout…)

     

    Les petits poissons

    Dans l’ombre de l’histoire

    Gaîtés de l’enfant

     

     

              Mon oeil est tacheté : - je cherche la combinaison. - …ça y est ! je crois que je choperais sa bonne tonalité - cela qui fait sourire en fondant au soleil, la graisse et l’herbe dans un mélange fumeux. J’y résolus mon écriture comme un problème. Votre blessure est ascendante. Ascendance ?!, oralité des biens offerts. (Bouche-toi les oreilles.) « J'ai cherché de plus grands à aimer, l’infante est là de porcelaine au sourire de fer à croquer. »

              Protéger la poupée ? de l’esquisse rédhibitoire, oubli des yeux grands et humides noyés parmi la nasse. Chavirer, moi ? Jamais ! relais des relents de ses impressions. La petite enfant semble en bonne santé, son sourire assez large, présent dans une image et peu visible enfin ; une attitude octroie : on a fait valdinguer sa moitié viscérale ou digitale. « N’y vas plus, n’y crois plus, ne l’attends donc plus secondaire », pense à songer seulement. « S’il a tenu à toi, tu reviendras » tout homme acidulé dans cette chape obscure assimilée.

              - ...et les mauvaises langues ? ce ne sont pas de mauvaises gens : épuisement de la naïveté enfantine à l’espoir des retours sereins de leurs attentes préhistoriques, paranoïa du genre... ; elle respirait encore.

     

    Définitive

    Exercice de style

    Coeur profond en joie

     

    Midi a sonné

    Belle à son escorte

    Une maisonnée

     

    La porte claque

    Autorisation en cours

    Les ombres givrées

     

    Le temps du Tic Tac

    Repos de la confiance

    Jusques à demain

     

    Un double encart

    Les adieux réciproques

    Mort indivise

     

    Caricature

    Les mots pour ne rien dire

    Ce n'était pas nous

     

    Livre de l'adieu

    De ce devoir accompli

    Nous ne dirons rien

     

    La laisse tenue

    La liberté offerte

    Pourtant jamais crue

     

    Les mots reviendront

    Flux de ce passage  vu

    Belle vie à eux

     

    La Résistance de l'âme

  • .../...

    11 - Neuf mois

     

     

              Eve partait s’illustrer… bienvenue chez vous ! peut-être une once de stalinisme et plus généralement, le paradoxe aimant lié à une attitude qui s'est revendiquée aimante et protectrice : « …restera-t-il de ça ? » 

              Cadre épousé d'un chamanisme littéraire, pas lu pas vu et sans la plume perdue le souci faisant corps avec ce temps manqué manquant ; attenté : - moi, j'ai du mal avec l'idée et ressors d'une pratique uniquement littéraire (quelle est-elle, seulement… ici j’ai pensé le point crucial à souligner sans risque, où j'ai pensé qu'il s’agit là du point, etc.) Elle a liké et c’était sûr qu’elle a liké - cette petite garce ? Vous aviez semblé départi d'avantage d'un cerveau que d'une partie de vous-même jadis, pourquoi transformé en ce paradis perdu… : - il faut sentir, on peut sentir.

              Les sensibilités sont différentes et l'évidence d'une rencontre physique pour se dire tout ça entre père et fils sembla pouvoir manquer aussi cruellement.. un seul mot à retenir est le mot d’univers, où tous m’auront également manqué : ou comment illustrer par des faits d’armes, quand cela fait bientôt neuf mois.

     

              Mio piccolo diavolo rosso,

     

              Avant de quitter ce fil à tempérer, j’ai voulu te dire que j’attendrais bien ton prochain : « ni fil ni prochain », mais cet énième livre à revenir de vous. N’ayant pas reçu d’autorité pour juger du travail (- or, je crus bien personne ?!), je fus donc rattachée à l’aulne de sa magie opérée par un verbe où tel auteur sera perçu avec force et modernité tout au plus dans un paradoxe. Ne me laissez point ainsi accuser de projeter si la confiance sauve.

    Vos amitiés tendres,

    Notre Eve

     

     

              - Il bouffe tout, il bouffe tout ce qu’on lui donne, je vous ai retrouvés - ses accès de présence ; je crois que je sais mes pages préférées préférables (…la politique - c’est effacé…) Alors d'après vos expériences, pensez-vous que les mots et les attitudes - qui font en un lot, des traumas - puissent, ou pourraient occasionner de similaires : ébats/débats/dégâts ?, si maltraitants. « Sacrée sagesse, longtemps je ne t'ai pas comprise - ...son besoin. »

     

    Un stress à gogo

    Un nombre exquis lié

    Surprise monstre

     

    Bordel souterrain

    Voix levées comme lièvres

    La bousculade

     

    Sourire vaquant

    De telles idées vierges

    Blocage admis

     

     

              Eve parle - à qui, d’acquis... : « - qui suis-je ? »

     

    Diavolo rosso

    Dans ton sexe échangé

    Chacune des fois

     

    Vision méchante

    L’avantage transité

    Paramétrage

     

     

              C’est l’expérience qui a compté. Elle est encore très parcellaire, quel qu'en fut son langage atténué : Eve avait ses jambes grosses écartées comme au naturel, par un effort bien matinal au croisement de ces sphères dorées, lorsque le ciel se fit atteindre.

     

    Intransigeance

    Commodité du leurre

    La bouche scotchée

     

    Eve accablée

    Train commun qui déraille

    Se fier au langage

     

     

              Ceci n’est pas l’automatisme. J’ai décidé d’aller vers la nature - fuyant l’audace de mon oreille sûre, et d’un rire écarlate. Mon ami m’a quitté dans une ombre stellaire, s’engageant plus sûrement dans la forêt sans lune où les sapins savants, pointus en aubes claires, sont verts soufflant au vent mon désespoir nu. Ils ne font qu’un formant un plus énorme, au loup dans la nuit noire, debout face au lion, boxant la nuée sauvage de chats luxuriants. Mon ami d’aventures, complice et maître à la force planant sur le bas de ces reins faisant tanguer la quille d’une main sans sûreté, je t’abandonne au seuil de ton désir de mort : ne me quitte pas, mais cesse de vaciller, tandis qu’ensemble nous soufflons la bougie.

     

    La Résistance de l'âme

  • .../...

    Verbatim 1

     

     

     

              Le texte est né sur un portant de barricade : j’avais voulu revoir mon père. (p. 5) Je n'aurais pas la force encore : « ça passe ou ça casse », c’est comme ça qu’on dit ?

     

     

    La Résistance de l'âme

     

  • .../...

    10 - Silences

     

     

              Savaient-ils combien j’ai ramé ? un silence d’avant ou d’après.

     

    Phrases comparses

    Anneaux du mariage

    Heureux vestige

     

    Amplificateur

    Vidange de cet esprit

    Fêtes secrètes

     

    Le bel alibi

    Interdiction d’écrire

    Moulin de ce corps

     

    Appel sonore

    Existence atterrée

    Raccourcis vitaux

     

     

              Préface. « Quand tu l’aimeras, je te parlerai chinois, tu la comprendras. »

     

    La mort en prime

    Petite voix suintante

    Défends son arbre

     

     

              - Alors comme ça, on a pu se tromper. (Il a manqué des verbes entre les pages.) Ils étaient quatre et huit avant-bras qui s’appuyaient sur elle pour en extraire un criquet nu du sexe : aléatoire et supposé ; la sangle blanche. Ceux qui m’ont connu sauront. - …au format PDF ? Ceux qui m’ont connu sauront. - …au format PDF ? Je n’étais pas au bon endroit et pas encore à la bonne place. - Tu t’fiches de moi. Quel intérêt, pour distancer la chose ?

              On inversait tous les neurones dans un atermoiement plat sans la cause. Le geste était celui d'une machine à écrire ou d'une exploitation évoquée sur le ring. On respirait le partage aérien des moeurs enduites, détricotées. - Va bene ! va bene !

     

    - Viens, on s’en va.

    - Non, je resterai.

     

    Eclipse unie

    Convocation du neutre

    Panoplie du droit

     

     

              C’était tant naturel- Marion Déloges, est-ce bien ainsi que vous prénommez ? Je n'avais pas su dire. Le doute est tel qu'on ignorait l'espace, on l'adoubait. Le gars ignorait manifestement ce qu'était un prénom. 

              Elle disposait, Eve disposait. - J'adore ! j'adore vraiment ce qu'il fait...

     

    Miracle du don

    Héritage langagier

    Or coulé en plomb

     

              La bite offerte. C'est simplement une femme qui n'en peut plus, à qui vous ravinez la vie. - On manquait d'air chez lui. Chez elle, on était bien ; allons-y pour des scores donnés par la marée ! - Ah nan, pas celle-là !! - Zéro plus zéro égale la tête à Toto.

              Le corps à corps serait violent de la vague à l'enfant.

     

    - Maman, j'ai peur.

     

              L’effort miraculeux que supporterait son cerveau ressemblait au reflet d’un dieu dans des épines ouvertes.

     

    - Il faut du dur, tu comprends ? Imagineras-tu la force en courage ?

     

    Epave libre

    Lourdeur du poids de la chair

    Herbe opiacée

     

    Rendez-vous manqué

    Echo de la jouissance

    Incivilité

     

    Rumeur opaque

    Maman ne me laisse pas

    Un seul no man's land

     

    Hurlement du nom

    Sans la voix dans un rêve

    Quel ultimatum

     

     

    La Résistance de l'âme

  • .../...

    9 - La parodie

     

     

              Il est au milieu des grands chiens, ou l’effort y est opportun. - Peut-être le clou est-il enfoncé pour que vous puissiez prendre le large avec du recul ? cessez de jouer vos nerfs qu’on parodie ; « Oui, c'est au moins avouable, tant que vous n'emmenez personne avec vous. »  Le rôle du « résistant à la famille » requiert la force et entraîne la faiblesse ; - …la faillite ?? autonomie replète : l’embarcation était légère, on demanderait de la détailler.

              « Qui pour jeter la première pierre : pas moi. Votre mère est nature et franche et j'ai lu ses mots détaillant vos exploits à sa manière et visant manifestement à vous défendre ; je suis moi-même rodée à la nécessaire filtration des apparences attachée au choc en retour du mal effectué intime à terme libérateur. J'ignore combien de parents et ne juge pas d'échapper à la pluricausalité lors de la privation d'un être autant dans une profondeur cachée, rendant durablement inaccessibles certaines capacités essentielles, notamment socialement. Votre force et courage tiendraient à mon point de vue au fait que vous ne renonciez pas à la possibilité de voir avec assurance le mal produit comme à un étage inférieur, ainsi qu'à le harponner pour emmener vers le haut plutôt qu'à y envoyer par le fond ; votre chance serait-elle qu'il en soit repérable ? l'amour, le vôtre et celui des autres restera présent et c'est lui qui complique ou simplifie la donne créative. Bon courage. »

              - L'isolement ne sera pas utile. Je bosse : je devais partir ; j’humais fort. Quelque chose ne va pas, ne passera pas, semblant à la portée ; mont dérisoire, notre chemin : j’appréhendai l’esquisse. (Tout est vivant ici.) - …à plus tard ! mon Chéri (Détestable audience.) L'homme referma les yeux.

     

    Où sont les codes ?

    Publicistes mensongers

    As syntaxique

     

     

              - Un cerveau en effervescence, qualifié d’usine à gaz ?!! Je dis adieu à mon amour postal. Est-ce qu'on m'a laissé le choix ?! - Ferme-moi ça. Et quant à la moitié d'une autre ? mieux vaudrait rien. (S.O.S. de l'amour tendre et vrai.) Laissez partir la vague en mer. - Et puis, d'abord tu brûleras son effigie : patine encore sa marque et fluidifie le jeune cuir, afin d’idéaliser l’embonpoint du traître vespéral ; « Votre mère y fut comparée à une autre mère dans un caractère d’étrangeté difficile à revivre sans aucun des dialogues possibles où aurait pu loger le degré zéro vain de la toxicité (terme affreux déclinable.) »
              - Pourtant, l'amour était-il à son comble incapable de rien falsifier ? cette « chose » comme vous dites est d'abord une femme, tandis que nous ne sommes pas au spectacle !!

     

    Petite fille

    Gracieuse vénérable

    Opportunément

     

    Double statique

    Emotions étrangères

    Le trouble été

     

     

              La mer enfouie dessous les pieds du livre, aimante un peu ; - faisons donc autrement. Un homme, semblable au chat de son aiguille par la façon graveleuse qu’il avait d’exprimer, chancelait pâle sous le beau noir de lune : « Tu l’as perdu ! » lui suggéra-t-elle en bonne et double antenne verbale. - C'est tellement ridicule et hautain, ton affaire.

     

    Bel arbre planté

    Effroi brutal du désir

    Souterrain du jour

     

     

              Pitié qui obligeait à rien, son geste sûr appelle ; « Avatar » et « gros connard », en français rimaient ou riveraient ensemble : - Viens-y, ! que j’t’apporte un peu ton desseeert ! mais qu'est-ce que tu crois que j't'ai connu pour ça ?! La fille avance et tire un peu sur le collet. - Euh... et votre écriture, dans tout ça ? Eux qui durent. - PERFIDIE !

              - Essaie de rentrer tout, pourquoi te dévouer d’avantage ? L’auteur était totalement bloqué, tous ses mots dans la toile. La petite enfant calme continue d'avancer en tête de crête (tous les mots dans sa toile). - Tu es usant ! Je ne comprends même pas que ta mère t'aie survécu. L'éblouissement est secondaire, mais avec toi, on ne saura pas quand tout va s'arrêter. Fais-moi ta déclaration inoubliable, je pourrai te dire si ça passe, promis.

     

    Le style haché

    Musicalité inouïe

    Carambolages

     

    Adieux.

     

     

    La Résistance de l'âme

  • à suivre

    8 - Semblable

     

     

    Elle est invisible à Dieu.

     

              Il n’en peut plus des phrases semblables ; il était très entier, mais pas très sûr et donnait l’impression qu’on lui tourna le dos et de faire bien face à lui-même, dans telle fosse : valait-il donc la peine d'un pareil enchaînement de ses douleurs ? Lui, distinguait tout mal, tandis que si l’on creuse, on trouve en accumulant les distances - sans y voir rien.

              J'ai préféré avoir tort et l'aimer au son de son contraire ; les deux enfants naguère légers s’entretuaient dans leurs éminences.. - Elle est imprévisible... « Avant de s'aventurer dans la relecture de ce bel article, se pourrait-il que l'on nous lise un extrait choisi du Chapître V. »

     

    Il ne veut pas voir

    Elle ne veut rien savoir

    Action du curseur

     

     

              Pauvreté de son fonctionnement… nourrissant de rien (Prends la tangente… : maintenant !) « L'écrivain n'est pas une espèce avariée de prêtres condamnant à cet entre-deux et dispensant de vivre. Bien au contraire, il a du souffle ! » Le recoupement convoie la contradiction toujours moins que l'injonction contradictoire... Comment nommer cet avatar.

              « Tu honoreras ton père et ta mère… » Pas si aisé, mais requérant. Force et courage ? de l'amour combiné ; résurrection de la défaite : « blessée à tort dans sa féminité, Eve mendiant cette angoisse abyssale et jusqu'au-boutiste » : Je renonce à me faire l’avocat de ce diable, loi du plus fort dans l’intangible - l’amour qu’on ne voit pas qui se trouva en face de nous.

     

    La bête morte

    Un sourire intérieur

    Le savoir humain

     

    Réduire son champ

    Difficulté florale

    Aventurière

     

     

              Le mensonge poursuivrait son oeuvre durable (celui d’un autre à-côté) : demeurait seule une cote à l’oreille soeur. La notification effaçait son identité comme au grand tableau noir cette éraflure ; l’enfant ne faisait pas ce qu’il faudrait, mais le cadre était bon pour elle, et le serait ainsi pour lui, même si pour cet instant le souffle manquait et que tout se gâchait : « que croyait-il qu’il occupait ?! » On pensa que l’idiote irait s'y faire « tout chouraver » auprès des grands yeux tendres, ambitieux. - Où est le fond ? (Pauv’ tarte) - ...avant, (mais) c’était bien. Mais le sentiment de la trahison l’abrège. - La vie s’entend. - Et la mort ? j’ai écrit ma portion du jour.

     

    Silence autre

    Ténacité de l’amour

    Le retrait décent

     

    Valeur d’échange

    Obscurité du chemin

    Belle confiance

     

    Hygiène tendre

    Métamorphose de soi

    La consistance

     

    Telle immersion

    Dans la douceur de vivre

    Improvisations

     

    Donner pour l'autre

    Escompter cet instant T

    Dans l'expertise

     

    Chagrin enfantin

    L'attente en fut vaine

    Un bel abandon

     

    Noyade sûre

    Eventualité noire

    De l'encre claire

     

    Indépendance

    Même l'acculturation

    La descendance

     

     

              La honte habille, vêtue de son absence.

     

     

    La Résistance de l'âme

  • .../...

    7 - Qui et Quiconque

     

     

              « Pardon si ce n’est pas clair.. Et courage à vous, aussi à vos parents, que vous devez aimer plus que quiconque, je crois, pour pouvoir en passer par là. » La balle au centre - ...faut pas déconner. ADIEU ! car je suis habitué à perdre. Venant de qui, une brise légère apprêta le voile. Es-tu folle à ton tour ? Dans un angle latéral, logeait la demi-douzaine d’hommes, un filet rainurait, quelqu’un baissa le son. - Aimer, c'est considérer. - Mon cul ! La peur vint à ses bottes, je récite et tu racontais, nous serions démultipliés ; à part ça.

              J’écris ce qui vint au contact et le décris à ma façon ; il n’y avait rien de très choquant à cela : l’histoire serait déjà ancienne. Mon besoin de reconnaissance était tout ce qu’il fallait fuir car un piège n’était jamais loin, intraduisible. L'on y exportait tout (- dès qu'on s'approchait, c'était cuit.) Je donne, et je perçois. Les gens ont tendance à penser alors j’aurai tenté d’être à l’écoute de mon propre corps et de mon propre sang. Il n’y avait rien, rien du tout de l’autre côté du monde.

              - C’est une façon moderne… C’est facile de se faire des amis, mais pourquoi en rendre. D’où vient le flux. « Elle écrit d’une façon extraordinaire, mais à laquelle on ne comprend rien. » Le badaud compressait : on était rectiligne et l’on ne vivrait plus. Eve connaissait par coeur le barreau.

     

    Anorexique

    Gravité de ce parent

    Paroles en l’air

     

              Archi.

     

    Idéalisées

    Création ou castration

    Notes intimées

     

     

              Un cerveau de nappes tachées se rencontre à la réception. Tout imbibé du moi des autres, il s’est refusé d’abonder exempté de l’inspiration et puis s’étant retrouvé sans forces. Les mots sont abondants lorsqu’il s’y noie torsadé au milieu d’un tapis de nattes étrangères auxquelles il n’a pas touché. Uh ! uh ! petit cheval à l’oeil de terre, sois bon et pense à être fort.

              - Il épanchait mes yeux, de ses doigts vers moi... « La raison que vous avez de vous exprimer, est de les empêcher de recommencer : sur un mode ou sur un autre ; le plus difficile est peut-être de voir et de vivre après ça. »

              Sous la violence du choc, une douceur : - …à quoi sert-il d’écrire, la tête dans une atmosphère ?  à y respirer ? Je suis fatiguée versus je me repose.  Il vivait à Paris, mais loin d’elle (loin de personne), blé fauché de ses phrases : Elle va comment ?! - son influence (zone d’influence)… - Fais-toi plaisir. (Putain de vicieuse.) - Il faut que tu saches : j’ai vidé tout mon seau.

              Ses yeux hors de la tête dans son vide toujours carcéral, Elle restait là debout postée dans une stature d’alien mériméenne : j'attends ma mort à moins qu’il ne sache ce qu’il fait et pour la meilleure cause (- …ce qui peut s’espérer).

              « C'est peut-être le procédé d'une exagération nécessaire où vous forcez le trait qui rend l'histoire abjecte, comme si vous y preniez alors le parti pris de raconter (à) vos parents à travers l'ombre qui les traverse qui est sans doute à l'origine de ce que vous avez souffert en partie. »

              « Le mieux est l’ennemi du bien », pas le meilleur : arriver sans rien, mais sans risquer de faire de l'ombre ? Les émotions sont vives, sorties du carquois pauvre en flèches. - Ah ? vos parents sont morts. - Oui tandis que je les aimai éperdument.

     

    Assurance assurée - encore, pas de femme. « Je n’appelais plus personne, je n’aimais plus personne. » Pas une autre femme.

     

    Un garçon gobe

    Petite amulette

    Singe l'amoureux

     

    Arrêt du savoir

    Face à l'aube si claire

    Un destin heureux

     

    Paris en un jour

    Liane désirable

    Quand jeter les dés

     

    Assassins du jeu

    A quatre yeux distancés

    La tyrolienne

     

    Je te déteste !

    L'amour défait dans le noir

    Espèce de creux

     

     

    La Résistance de l'âme